MON OPINION SUR… Les gouvernements d’union nationale

Mon opinion sur…  

Questions relatives à l’art

Questions religieuses

La Société Camerounaise

Les questions Internationales

Les droits de l’homme

L’université Camerounaise

Le NEPAD

Les jeux de hasard

La sauvegarde des cultures ethniques

Les gouvernements d’union nationale

L’Africain et la notion du temps

L’avenir du bilinguisme camerounais

Le développement durable

La lutte contre la pauvreté

Qu’est-ce que “être un homme”

La préparation de l’avenir…

sur l’excellence africaine

Sur la mondialisation

Sur L’éthique protestante

Qu’est ce que réussir sa vie

La vocation

Le droit et la liberté

Le temps qui coûte cher

Le bonheur

La solidarité

Le pays émergent

le développement

l’indépendance

Le transhumanisme

«  Un réel problème se pose dans nos pays, au Sud du Sahara, c’est celui des gouvernements dits d’union nationale. Ils sont la contradiction flagrante du mouvement de démocratisation engagé depuis le début de la décennie 90. Il a bel et bien existé des circonstances troubles particulières qui ont imposé, dans certains pays, la constitution de gouvernements comprenant les représentants de tous les partis politiques importants. Cela s’est toujours voulu transitoire, en attendant de préparer les conditions d’un retour à une vie démocratique normale, comprenant un parti ou une coalition qui gouverne et, en face, pour les interpellations et l’évaluation au jour le jour, une opposition qui veille à la défense des intérêts du peuple tout entier et non d’une fraction de celui-ci….Mais, en dehors des situations comme celles-là, que ferait-on d’autre sinon retourner à l’époque des partis uniques si on veut que se généralise la pratique des gouvernements d’union nationale ?
            L’argument souvent avancé en leur faveur consiste à dire qu’ils garantissent la paix et la sécurité dans le pays. On reste ainsi ancré dans la logique du  « partage du gâteau national ». Il faut que toutes les forces nationales ayant une représentation valable se sentent concernées par la gestion de la chose publique. Je l’ai déjà écrit plus haut, cette vision des choses et cette pratique consacrent l’enterrement  définitif des préoccupations de programmes et de projets de société. Car, si tous les partis politiques qui se retrouvent au sein d’un même gouvernement peuvent prétendre avoir un même projet de société, alors ils ne méritent pas d’être distingués en une infinité de partis ! 
Député de la nation, Presses de UCAC, Yaoundé, Janvier 2002, pp. 129-130