Etudes et formation

Biographie


Identité


Etudes et formation


Autobiographie intellectuelle

Fonctions et distinctions

Album photos
 

 

Niveau Secondaire :
Baccalauréat (Série Philosophie, Mention AB, 1959**, Académie de Bordeaux)
Niveau supérieur
Classe de Lettres Supérieures au Lycée de garçons du Mans ( Sarthe)
Classe Préparatoire à Normale Sup.de Saint Cloud au Lycée Henri IV, Paris
Licence ès Lettres ,option Philosophie, Mention AB (Sorbonne)
Diplôme d’Etudes Supérieures (D.E.S.), Mention TB (Sorbonne)
Doctorat de 3°Cycle :L’Idée de Profondeur chez Bergson, Mention TB (Sorbonne)
Doctorat d’Etat ès lettres et Sciences Humaines , ancien régime : L’humanité de l’avenir selon le bergsonisme, sous la direction de Vladimir Jankélévitch, Mention T.H.

** J’ai appartenu, pour ma formation primaire, à l’une des générations d’enfants ayant eu à passer préalablement par deux années de Cours Préparatoire (CP) en langue locale (Duala). Nous entamions le programme officiel du CP (I et II) au cours des 3e et 4e années réelles de la scolarisation initiale. Cela se passait dans les écoles confessionnelles, et, en l’occurence les écoles de la mission protestante française au Cameroun. Cette situation a été déplorée par les uns, applaudie par d’autres. Je crois que la toute première initiation scolaire en langue locale garantissait la consolidation de la personnalité de base de l’enfant avant le relatif dépaysement que pouvait entrainer plus tard sa scolarisation en français. A cette époque où le concours d’entrée en 6e était organisé au plan territorial (on ne disait pas encore national), beaucoup de candidats qui n’avaient jamais eu à être enseignés par des instituteurs “Blancs”, donc français, ont été recalés pour avoir totalement raté l’épreuve de la dictée et du compte rendu de lecture à cause des intonations et des accents indéchiffrables du lecteurexaminateur “Blanc”. C’est ainsi que :<<Ah! j’ai bel air>> devenait pour certains <<Ah je bêlais>>.